Une page est tourné, les cotés positifs et novateurs de la première phase du mandat du président viennent d'être effacés. L'état RPR est de retour avec pour objectif de rassembler la droite traditionnelle en vue de 2012. Cela va surement mobiliser la droite classique mais quel aveuglement. Dans les Hauts de Seine département le plus riche de France on vote en majorité pour des alliances PS/Europe écologie et pas uniquement à cause d'un rejet d'une mafia locale. Pour être majoritaire dans la population l'offre politique doit faire l'objet d'une coalition réelle qui rassemble. La gauche, malgré ses querelles, l'a bien compris et gagne quasiment toutes les élections. Pour preuve le sénat risque de passer à gauche avant l'assemblée nationale, un comble. L'élection présidentielle reste pour le moment une exception, car c'est un duel d'homme ou de femme, mais pour combien de temps....

C'est la fin des personnalités et des idées nouvelles qui représentaient la vraie rupture, au revoir le Borloo du grenelle de l'environnement, au revoir les centristes sociaux et la gauche moderne, au revoir le french doctor (on regrette pas vraiment), au revoir la présence de la société civile (Martin et Fadela), bonjour le RPR.

Il est vrai que ces incontestables avançées ne se sont pas traduit par un gain électoral et c'est bien le gouvernement de campagne politique qui est maintenant là, plus le gouvernement de réforme.

L'energie a quitté le ministère de l'Ecologie pour retourner à Bercy et cela sonne comme la fin d'une parenthèse.

Quand aux centristes humiliés on espère qu'ils retiendront la leçon, une coalition ne doit pas devenir une assimilation car sinon on va droit à l'élimination et la disparition. Nous le repétons avec force sur ce site depuis plus de deux années sans beaucoup de succès et sans proposer une démagogique alliance à gauche.

Le parti unique à droite et au centre est une betise et Messieurs Morin et Borloo viennent de l'apprendre. A 18 mois des élections, Sarkozy sait bien qu'ils auront du mal à être crédibles comme alternance et Bayrou est affaibli et discrédité par son positionnement à "gauche".

Le président a éliminé le Centre qui effectivement l'a bien aidé.

Maintenant c'est la route vers le combat de 2012 qui va être surement perdu par le président car la france est multiple et a de la mémoire.

Jean-Florent Campion

CENTRE-ECOLOGIE

logo